Moeurs de l'huître
 
     
 

 

Les huîtres adultes présentent une reproduction sexuée. Les huîtres creuses Crassostrea gigas sont ovipares, c'est à dire que la fécondation des ovules et des spermatozoïdes se produit dans l'eau au gré des courants. Elles présentent une sexualité alternative. Elles fonctionnent comme mâle ou comme femelle au cours d'une saison puis changent de sexe l'année suivante. Quelques hermaphrodites (ayant les deux sexes en même temps) subsistent après le stade juvénile, mais ils sont rares.
 

 

 
La vie sexuelle de l'huître est surprenante. Elle est hermaphrodite à sa façon : elle change de sexe chaque saison ou après chaque émission de semence.     Tour à tour mâle et femelle (sauf la première année où elles sont toutes femelles), l'huître se reproduit une ou plusieurs fois durant l'été. C'est à cette période que l'huître est laiteuse.
 
  L'huître plate est vivipare. La fécondation des oeufs s'effectue à l'abri de la coquille. Elle les abrite dans une chambre après les avoir pondus. Chaque ponte produit entre 500 000 à 1 500 000 oeufs.  
  Moins maternelle, l'huître creuse est ovipare et expulse ses oeufs non fécondés dans le milieu marin. Elle peut pondre de 20 à 100 000 000 oeufs entre juin et août. Mais seulement une dizaine d'oeufs, après la fécondation au gré des courants, donnera naissance à une huître.  
 
    Les larves minuscules de un à deux dizièmes de millimètre vont errer au gré des courants à la recherche d'un endroit où se fixer.